Marie-Laure Bassi
Praticienne shiatsu à Lyon

L’automne est une saison souvent mal aimée... pourtant elle a des trésors inestimables à nous dire, pour peu qu’on tende l’oreille.

 

La saison du métal

 

L’automne est la saison de l’élément « métal ». Mais qu’est-ce que l’énergie du métal ?

Dans le Yi King, les idéogrammes le désignant sont celui du lac, du joyeux (Touei), orienté à l’ouest et celui du ciel, du créateur (K’ien).

Que peuvent nous apprendre ceux-ci ?

 Le mouvement énergétique de cette saison est celui d’une séparation : le ciel et la terre se séparent. L’énergie, tout explosive de l’été amorce une redescente, un apaisement. La sève des arbres se préparent à descendre dans les racines. Le soleil, moins ardent diffuse une lumière douce, avec cette teinte oranger d’un coucher de soleil. Le Yang décline et le Yin augmente.

Les hommes se préparent à récolter les fruits de leur labeur depuis le printemps. Ainsi, si nous avons correctement semé les graines adéquates à notre vie, la récolte sera joyeuse ! C’est ici que le terme « Touï » prend son sens :  La félicité de voir tous nos efforts passés récompensés. Une sérénité émanant de la contemplation des choses telles qu’elles sont, avec satisfaction.

C’est à ce regard sur les choses accomplis, ce jugement objectifs et bienveillant sur tous les moyens mis en œuvre ces derniers mois et leurs résultats que se reportent l’idéograme K’ien : « le ciel, le créateur ».

Le ciel et la terre amorce leur séparation. Une nostalgie peut être présente. Le souvenir de l’effervescence du feu de l’été, un constat des fruits récoltés décevant… Ce bilan, avec tous les jugements que l’on y met souvent et qui nous causent bien des turbulences émotionnelles est fait, et il est l’heure de le laisser partir. C’est le temps de se détacher du souvenir des vacances afin de se recentrer. Le temps de laisser les jugements pour se consacrer à ce qui vient maintenant. Car il y a encore bien des choses à faire avant l’arrivée de l’hivers, de bien belles fêtes à célébrer encore. La nature, les couleurs incroyables et le soleil clément nous invitent à de très belles promenades !

 

Le rôle des Poumons et du Gros intestins

 

Le poumons (yin) et le gros intestins (yang) sont associés au métal.

 

Le poumon est appelé « maître des souffles ». Il a en charge de distribuer et de faire circuler toutes les énergies dans le corps.

Assisté par le cœur et les reins, il récupère l’énergie issus de l’alimentation via sa transformation par la rate, la combine à celle de l’air, de l’oxygène et de l’énergie inspiré et la diffuse dans tout le corps !

 Il a également un rôle important dans le métabolisme des liquides : une partie des liquides gérés va permettre l’humidification de la peau et le phénomène de transpiration.

Il contrôle l’énergie défensive Weï Qi : celle-ci circule en périphérie la journée et plus en profondeur la nuit. D’où l’importance ici du sommeil : c’est pendant la nuit que l’énergie défensive va permettre à tout notre métabolisme de se régénérer et de revenir plus fort en superficie du corps.

Le poumon est associé aux nez, à la gorge à la trachée et au sinus. Une déficience de son énergie, lié au fait qu’il gère le Weï Qi nous rendra plus vulnérable aux attaques extérieurs. En automne, sa déficience peut paraître plus accrue et se marquer par des bronchites, des sinusites, des rhumes…. Comme le poumon gère également des liquides, et est en lien avec la rate et les reins, il pourra également y avoir l’apparition de glaires.

 

Le Gros intestin est couplé au poumon lors de cette saison.

Il a en charge la fonction d’élimination des résidus de la digestion. Pour se faire il doit faire une séparation des liquides et des solides. Une déficience de son énergie peut se manifester par des diarrhées ou une constipation.

Au niveau psychisme, on voit ici le rôle « d’élimination » : Lâcher prise face aux situations. Car  la vie suit son cours et les choses ne peuvent stagner, se cristalliser.

L’été a cédé la place à l’automne, et l’automne passera également. Les feuilles doivent tomber pour nourrir la terre. Celle-ci, nourrit, donnera de nouveaux arbres qui se déploieront et dont les feuilles tomberont et pourriront aussi : c’est le cycle de toute vie. Il est bien difficile souvent dans notre société de faire preuve de lâcher prise, d’avoir une attitude juste et droite des situations et de les laisser pour ce qu’elles sont : de simples expériences qu’il nous faut digérer puis, en en tirant toutes les leçons, laisser aller. Peut-être la mauvaise qualité de notre air et de l’alimentation est un facteur de ces difficultés souvent rencontrées ?  

 

La peau/les poils

 

La peau et les poils sont en lien avec le poumon.

La peau, comme le poumon permet un échange avec l’extérieur. Les échanges gazeux de la peau sont primordiaux : on respire par la peau aussi (à un taux très faible : 1% mais existant quand même !).

La peau, par la transpiration, le poumon et le gros intestin évacues les déchets.

Le Weï Qi, géré par le poumon permet de se défendre efficacement contre les attaques climatiques. Une bonne énergie du poumon contribuera à un fonctionnement optimal du rôle du Wei Qi et de la peau avec l’ouverture et la fermeture des pores au moment adéquate.

L’état, l’éclat et l’aspect de la peau a donc une relation directe avec l’énergie des poumons. Si on peut améliorer l’état de notre peau grâce à une bonne respiration, l’inverse est également possible : Une attention particulière de la peau donnera plus d’énergie aux poumons et donc à l’ensemble du corps.

Les massages sont donc très bénéfiques, notamment en automne !

 

 

Comment soutenir notre énergie et nos méridiens lors de cette saison ?

 

Quelques étirements :

 

Massez-vous les mains, comme si vous les laviez, en insistant sur l’index et le pouces. Puis remontez au poignet et au bras et pétrissez le, à l’intérieur et à l’extérieur.

Enfin, les bras de chaque côté du corps, le dos bien droit montez les épaules et laissez les tomber, avec un grand soupir de soulagement !

Assise le dos droit, prenez un poignet avec l’autre main, les bras étiré devant vous. Faite le dos rond, comme pour écarter le plus possible vos omoplates l’une de l’autre. Puis, à l’inspire écartez les bras sur les coté, jusqu’en arrière et vers le sol pour ouvrir la cage thoracique à l’avant le plus possible. Faites attention de ne pas creuser le dos ! Faite cette alternance plusieurs fois.

 

Les Makko Ho :

Mis en place par Shizuto Masunaga, ces étirements ont pour objectif d’étirer les méridiens. Avant de les réaliser, prenez un moment, assis ou debout, les mains sous le nombril afin de revenir bien centrer sur votre Hara, votre centre d’équilibre. Pendant tout l’étirement la respiration doit venir de celui-ci. L’énergie, suivant le souffle se diffuse à partir du Hara jusque dans les méridiens étirés.

 

Debout, les jambes écartées, étirez les bras vers le haut. Puis, amenez les dans les dos, les pouces se crochetant et les index de chaque main en contact. Inspirez et plongez en avant, jambes tendu, la tête vers le bas et les bras vers le haut. Les mains avec les index ainsi en contact forme une sorte de pointe de flèche pointée vers le ciel. Restez ainsi deux ou trois inspires et expires, maintenant l’étirement et le souffle du Hara vers la pointe des doigts et derrière les jambes. Puis à l’inspire, tirez sur les bras, vers l’arrière comme si c’était eux qui vous redressaient. Quand le dos est bien droit, sans courbure et les genoux déverrouillez, décrochetez vos pouces et laissez aller d’un coup vos bras de part et d’autre de votre corps, dans un bon expire de soulagement !

Recommencez en crochetant vos pouces de l’autre sens !

 

La respiration

 

Pour que le souffle soit bien accueilli, il faut de l’espace ! Une bonne posture est donc la première des choses à regarder. Le dos droit mais souple, les épaules redressées mais non tendues, le ventre rond, détendu pouvant laisser libre le diaphragme.

Un petit état des lieux est intéressant : comment est votre respiration ? haute ? uniquement dans la partie supérieure ? sous les clavicules (c’est la partie avec laquelle on respire lors d’un danger, lors d’une question de survie : est-elle à ce niveau ? Est-elle qu’abdominal ? La cage thoracique est-elle souple ou totalement rigide ? est-elle équilibrée : thoracique et abdominale ? Le souffle descend il d’abord en bas puis dans le thorax ou est l’inverse ? va-t-il sur les coté ? en haut du dos ?

Vous pouvez vous amuser à observer dans votre quotidien comment est votre souffle : quand vous faite votre vaisselle ou vos taches quotidienne, au travail, lors d’un entretien professionnel, quand vous conduisez, quand vous lisez. Mettez de l’attention dans chacun de ces petits instants. Quelques secondes suffisent. Et quand vous observez un trop gros déséquilibre, le rectifier sera de plus en plus aisé.

Plusieurs exercices de respiration existent, du pranayama aux exercices de cohérence cardiaque : Tous seront bénéfiques à vos poumons et à votre corps entier !

 

Les massages et frictions

 

On a vu que la peau est liée à cette saison, via le poumon. Tous les massages, surtout en friction sans huiles sont bénéfiques. D’une main, frictionner votre peau dès le matin, comme si vous vous laviez énergiquement. Insistez sur vos mains, au niveau du pouce et de l’index et sous les clavicules.

La couleur associée au métal est le blanc : A adopter à votre garde-robe d’automne !

La saveur de l'automne est la saveur piquante. Un peu de cette saveur va tonifier les poumons… trop la léser… et tout dépendra aussi de votre terrain, de votre énergie. La diététique chinoise est un art entier qui est trop complexe pour le résumer en 2 lignes et en conseils généraux. Prendre rendez-vous avec un praticien en shiatsu ou en médecine traditionnel chinoise est conseillé.

 

L’automne est une saison riche d’enseignement : Le bilan des graines semées, l’objectivités face aux récoltent, les leçons à en tirer, la contemplation, l’apaisement si agréable après les chaleurs et tourbillons de l’été, la compréhension essentielle du besoin de lâcher prise à tous les niveaux.

 L’automne est une période au cours de laquelle il faut prendre soin de nous : L’hiver va arriver et il nous faut être en forme. L’automne prépare aussi le printemps : une bonne énergie en automne assure un printemps avec plus de vitalité (et moins de risque d’allergies saisonnière : et oui, la prévention commence à l’automne !).

Les soins en shiatsu, en acupuncture, en Ayurveda…suivant la sensibilité de chacun seront plus qu’utiles pour passer cette saison de manière la plus joyeuse et sereine que possible.

 

Je vous souhaite de superbes balades et un bel automne !

 


Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.